[Peeters Publishers]  
[image bar]

L'assiette des fictions
Enquêtes sur l'autoréflexivité romanesque. Actes des colloques de Lausanne (mars 2007) et de Louvain (juin 2007)


Series:  

Editors:  Herman J., Paschoud A., Pelckmans P., Rosset F.
cover


Year: 2010
ISBN: 978-90-429-2196-2
Pages: IV-485 p.
Price: 45 EURO

Summary:
L’un des champs les plus féconds de la recherche sur le roman d’Ancien-Régime ces dernières années se déploie dans l’espace d’examen des diverses manifestations de l’autoréflexivité qui s’y présentent. Beaucoup de ces fictions, tout en construisant des univers artificiels entre expérience du réel, investigation des possibles et produits de l’imagination, renvoient au lecteur une interrogation pluridimensionnelle sur les constituants, le statut, la motivation, les valeurs poétiques et heuristiques de la fiction elle-même. Plusieurs travaux récents ont permis de mettre en lumière les procédures de mise en scène du discours fictionnel : l’examen des apparats péritextuels, l’étude de la parodie, du recyclage et des réemplois de formes constituées, ont mis au jour le fonctionnement, en particulier rhétorique, du régime métafictionnel mis en œuvre dans un si grand nombre de textes de cette époque. Sans doute, l’horizon des études possibles dans cette direction est-il encore très largement ouvert, mais c’est sur une autre dimension du même phénomène que sont concentrés les travaux réunis ici à la suite d’un double colloque organisé en 2007 aux Universités de Lausanne et de Leuven, celle de l’autoréflexivité romanesque.
La notion même d’autoréflexivité peut prêter à discussion ; plusieurs des textes réunis dans ce livre rendent d’ailleurs compte des interrogations ou des malaises qu’elle peut susciter. L’autoréflexivité est comprise ici comme cette propriété des fictions qui les pousse à refléter, dans le cours même des histoires qu’elles élaborent et racontent, les éléments qui la constituent comme fiction, indépendamment des intrigues qui s’y développent. Les questions que suscite l’autoréflexivité ainsi comprise relèvent alors moins de la rhétorique et de la discursivité que de la représentation. Aussi s’agit-il, dans les études réunies ici, d’examiner, dans le corps textuel des fictions, les unités de sens, plus ou moins élaborées, qui assurent le glissement du niveau narratif où se constitue et se développe avec vigueur la matière romanesque vers une plate-forme de lecture distanciée, indépendante du cours de la narration, où se dessine une représentation de ce corps textuel en tant qu’ancrage de la fiction.

 

Please send me ...... copy(ies) of Herman J., Paschoud A., Pelckmans P., Rosset F., L'assiette des fictions, 2010, IV-485 p.

45 EURO

Name: .........................................................................................................................................................................................................
Address: ......................................................................................................................................................................................................
❑ Please send me an invoice ❑ Please charge my credit card
Card number: ☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐☐ Expiry Date: .......................................................
Date: ............................................................................. Signature: ...........................................................

PEETERS— BONDGENOTENLAAN 153 — B-3000 LEUVEN — Fax: +32 (16) 23 93 54 — PEETERS@peeters-leuven.be