Table des matières
year: 2022
isbn: 9782877546812
pages: 175 p.
prix: 35 euro
Ajouter au panier

Recherches associées

La Coupe de sainte Agnès
(France - Espagne - Angleterre)
auteur:
Résumé:
Depuis 1892 le British Museum possède l'un des plus grands chefs-d'oeuvre de l'art français du XIVe siècle, la Coupe de sainte Agnès, dénommée en Angleterre «The Royal Gold Cup». Cette coupe massive, émaillée sur or, dont l'usage était destiné aux grandes fêtes, est documentée depuis 1391, date à laquelle elle fut offerte par le grand mécène Jean de Berry, à son neveu, le roi Charles VI. Probablement réalisée pour le frère aîné du duc, Charles V, qui était né le jour de la Sainte-Agnès, elle est ornée d'un décor raffiné, d'une beauté sans égale, où sont représentées des scènes de la vie et du martyre de la sainte. La Coupe a connu une destinée unique, tout d'abord à la cour de France, au temps des Valois, ensuite dans le trésor des rois d'Angleterre, aux XVe et XVIe siècles, puis en Espagne, où elle voyagea dans les bagages du duc de Frias qui, l'ayant reçue des mains du roi d'Angleterre Jacques Ier, la confia finalement aux clarisses de Medina de Pomar en 1610. Revenue à Paris en 1883, rejetée avec mépris par les grands collectionneurs d'art, elle a été acquise par le baron Pichon, avant d'achever son long périple à Londres.

In 1892 The British Museum acquired one of the great French masterpieces of the 14th century, the Saint Agnes Cry, known as The Royal Gold Cup. This massive enamelled gold cup, destined for great feasts, is recorded since 1391 when it was given by the great patron of the arts, Jean duc de Berry, to his nephew, Charles VI. Probably intended as a gift for his elder brother, Charles V, who was born on Saint Agnes' day, the exquisite decoration of the cup, of unrivalled beauty, presents a sequence of scenes from the life and martyrdom of Saint Agnes. The cup's history is extraordinary, first at the royal court of France in the time of the Valois, then in the royal treasury of England in the 15th and 16th centuries, given by James I to the Duke of Frias, it travelled with him to Spain where he gave it in 1610 to the Poor Clares of Medina de Pomar. Returned to Paris in 1883, it was rejected by the great collectors of the time as a fake but was bought by the baron Pichon. Finally its travels ended in London, where it is today.